Histoire de notre association

 

LA RENAISSANCE DE LA DOUTRE  AU SERVICE DE LA     DOUTRE ET DES ANGEVINS DEPUIS 1964

 

 

L’Association RENAISSANCE DE LA DOUTRE a été créée en 1964 par des membres de l’UNION DE DEFENSE DES INTERETS DE LA DOUTRE (UDID) amoureux de leur quartier et inquiets des destructions et de la perte d’activités qui s’amorçait. Son premier président était une figure connue des Angevins, en la personne de Monsieur Robert COINTREAU, mais la cheville ouvrière en fût, dès les débuts, un militant de la défense des vieux quartiers d’ANGERS, lui-même habitant de la Doutre, Monsieur Roger MATTEI, en même temps Président de la Sauvegarde du Vieil Angers.

Elle sera présidée pendant 18 ans par M. Robert COINTREAU. Lui succéderont Mme Mylène LUXEMBOURGER de 1982 à 1988, Mme Marie-Françoise CHRETIEN de 1988 à 2005, Monsieur Jean-Yves PLESSIS en 2005. Ce dernier a remplacé depuis novembre 2005 par un nouvel habitant de la Doutre, Michel DUBOIS, responsable d'une entreprise de formation.

 

L’HISTOIRE DE L’ASSOCIATION

            a) ses antécédents

            La mobilisation associative en faveur de la Doutre a d’abord été portée par l’Union  de défense des intérêts de la Doutre. Essentiellement mobilisée autour des commerçants de ce faubourg populaire, inquiet des visées d’éradication qui visaient alors les faubourgs Saint Michel et Saint Nicolas, l’association s’était constituée dès 1935 pour défendre les intérêts du quartier d’outre-maine, et a lutté contre le projet qui en 1960 visait à la destruction de tout le parc ancien de la Doutre.

Face aux protestations organisées et canalisées par l’UDID, la mairie d’alors avait corrigé le tir et limité le champ de la rénovation à la rue St Nicolas et aux rues limitrophes jusqu’aux abords de la Place  Grégoire Bordillon.

            b) 1964 : La Renaissance de la Doutre  assure la relève de l’UDID

                        Les efforts de l’UDID sont renforcés dès 1964 par la création d’une nouvelle association LA RENAISSANCE de la DOUTRE :

    Ses objectifs sont alors :                                                  

- protéger et réhabiliter un patrimoine architectural et historique prestigieux qui doit être l’affaire de tous,

- mener toutes les actions pour que commence le sauvetage du Ronceray et son ouverture au public,

- pour que la Doutre ne soit plus coupée de la ville par la voie des berges,

- pour que le Pont de Verdun reste une voie de transit des véhicules,

- pour que soit protégé le site de Reculée,

bref, pour que la Doutre redevienne un quartier animé de la ville.

 

LA RENAISSANCE DE LA DOUTRE ET LA PRESSE

 

La presse locale ( C.O. du 25/03/1984 et O.F. du 23/03/1984) salue la création de cette nouvelle association et en rappelle les grands objectifs :

Le champ d’intervention : la « Doutre historique », c'est-à-dire le périmètre délimité par la Maine et les boulevards.

Mais Renaissance de la Doutre s’attache également à la protection, à la conservation et à la mise en valeur de l’ensemble du quartier.

            Elle précise que son but déclaré est de  provoquer la conservation, la restauration d’un quartier ancien en insistant sur la valeur architecturale et archéologique des immeubles, et souligne que derrière des soucis commerciaux non négligeables de création de logements neufs , il convient de respecter l’esprit d’un véritable quartier populaire chargé d’histoire.

            Pour réaliser cet objectif ses animateurs s’attachent à faire connaître, et à faire aimer ce quartier populaire avec des activités comportant des visites de monuments, des promenades avec guides, des conférences, des remises de prix portant sur l’histoire des constructions de la Doutre (en 1966 et 1968 notamment), la participation au congrès des villes d’art en 1970, des concours de photos et des expositions.

Enfin un certain nombre d’interventions directes auprès des élus angevins à propos de la réhabilitation du quartier.

Renaissance de la Doutre évolue avec son temps : « Nous ne sommes pas des passéistes ».

En liaison avec l’Entente des commerçants centre-doutre, un festival est organisé chaque mois de septembre, comprenant des concerts, des visites du quartier côté rue et côté cour – et jardins cachant de superbes façades, des visites du quartier dont le but est de montrer aux visiteurs la Doutre d’aujourd’hui et de demain.

La mairie suit de près cette association, sollicité dans le cadre de la réfection future de l’Abbaye du Ronceray, des places de la Paix et du Tertre, de la place Larochefoucauld et de l’axe reliant le pont de Verdun à l’hôtel des Pénitentes via la Laiterie.

 

   Le Courrier de l’Ouest du  11/09/1985 résume bien cette volonté :

« L’âme d’une ville a de la pudeur, elle se dérobe au regard hâtif : la Doutre est comme une ville dans la ville. Elle n’a pas perdu son âme qui palpite encore à l’envers du décor et lui donne ses raisons.

Il y a beaucoup à découvrir dans ce quartier où les siècles ont accumulé leurs strates ; et l’urbanisme a épargné ce livre de pierres. Peut-être en raison des couvents et abbayes qui y ont détenu de larges emprises, sans doute parce que le quartier fut toujours laborieux et que l’exercice des métiers y aura primé les ambitions des démolisseurs-constructeurs. Alors le temps a tissé là des signes de grandeur et de modestie. Toute une archéologie humaine et sociale demeure lisible pour qui sait voir. Echoppes de métiers disparus, hôtels qui eurent leurs heures de gloire, petites rues qui furent de grandes voies de communication… toute une manière de vivre resurgit dans la Doutre.

Une manière de vivre si bien inscrite dans le sol qu’en demeure un climat, une tournure d’esprit, un attachement des habitants à cette partie d’Angers.

On visitera « à cœur ouvert » ce site urbain. »

 

(C.O. 18/09/1986)

La Doutre construit son avenir en faisant renaître le passé et bâtit son identité sur les fondations de l’art. Cette manière d’être devrait conduire ce quartier à jouer les premiers rôles sur la scène culturelle de l’ère binaire.

 

(C.O. du 25/04/1989)

Renaissance de la Doutre : sentinelle de la métamorphose.

 

(C.O. du 07/09/1989)

Ambiance, les habitants de la Doutre n’ont que ce mot là à la bouche.

Etudiants, personnes âgées, actifs et même  religieuses se croisent, s’interpellent amicalement et participent à l’animation du quartier, chacun à sa manière. Quartier historique, homogène dans son architecture (si l’on excepte la rue St Nicolas), mais tellement vivant.

La Doutre a une âme tournée vers les arts les plus traditionnels comme les plus nouveaux. Une âme poète et vagabonde où l’on rencontre des gens aussi étonnants que le peintre polonais Edwad Baran, ou encore le sculpteur Bertrand Donnot… Une âme branchée aussi. Témoin, ces bars de nuit, comme le Mescalibur ou le bar Belge. Soirées chaleureuses garanties. Soirées d’ivresse aussi, perçues par les habitants du lieu comme une menace à leur fragile équilibre.

Ils ont bougrement raison, les amoureux de la Doutre. Quelle ambiance !

Il faut maintenant la faire revivre en utilisant au mieux toutes ses richesses existantes ou potentielles. C’est un vieux quartier populaire qui a une histoire et un patrimoine qui ne doit pas se dégrader et encore moins disparaître.

Quartier qui possède un capital qu’il serait absurde de ne pas valoriser.

Deux grands axes : Social et Culture   pour prendre en compte l’acquis de la Doutre.

 

 

SON ACTION

 

            Devenue un partenaire incontournable de l’animation de quartier, les membres de l’Association se félicitent d’avoir été écoutés, et d’avoir trouvé auprès de Jean TURC, (habitant du quartier et membre de l’association)  puis de Jean MONNIER, des Maires soucieux du  développement de leur ville, mais convaincus que l’évolution de la DOUTRE passait  par le respect de son histoire et de son cadre de vie.

C’est ainsi qu’ils se félicitent des Travaux effectués dans ce quartier dans un parfait respect de l’environnement :

Outre la rénovation quartier ST Nicolas,

Réfection place de la Laiterie, place de la Paix, Place  du Tertre, Place  Larochefoucauld, Place Grégoire Bordillon

Réhabilitation Hôtel des Pénitentes, Hôpital St Jean, Abbaye du Ronceray.

Aménagement du Front de Maine (constructions neuves et l’aménagement des quais et des prairies aménagées)

Ouverture du musée de la Tapisserie contemporaine et du Centre Régional d’Art Textile (CRAT).

            S’ils regrettent l’abandon du projet de construction de la Préfecture qui aurait « recentré » la capitale de l’Anjou auprès de sa rivière, ils se félicitent de l’installation de la Direction des Services fiscaux, et surtout  de la réalisation d’un grand équipement culturel, le théâtre du Quai.

            Ils ont adhéré massivement au lancement du projet ANGERS RIVES NOUVELLES en participant directement et par le biais de certains de ses adhérents au processus d’élaboration du projet, et se réjouissent que la reconquête de la Maine et des rives donne au quartier de la Doutre une place importante dans le dispositif d’aménagement.

 

            Ainsi, depuis 2005, l’association, après quelques années de sommeil, « renaît » et souhaite s’associer comme hier avec l’UDID, avec toutes les associations du quartier pour contribuer, avec sa spécificité, à mieux faire connaître et aimer LA DOUTRE ;

 

 

 

Ses objectifs

 

Son premier objectif demeure la sauvegarde de la DOUTRE. La protection et la réhabilitation du patrimoine architectural, des édifices prestigieux aux simples demeures de ce quartier populaire, doivent être l’affaire de tous. Les programmes neufs doivent se faire en harmonie avec l’habitat ancien existant afin de garder au quartier tout ce qui fait son âme.

Son second objectif est l’animation du quartier : après avoir créé le Festival de la DOUTRE, avec ses visites-conférences, ses expositions, et ses animations, parmi lesquelles les mini-puces pour enfants, désormais organisées par l’association des commerçants, l’association a décidé de programmer, en complément des nombreuses autres animations existantes,  une série d’animations afin d’inviter les habitants du quartier, mais aussi tous les angevins, à découvrir ou à mieux connaître les richesses de la DOUTRE.

 

Ses MOYENS

 

     Afin d’être un partenaire actif de l’animation du quartier, l’association invite tous les habitants de la DOUTRE, mais aussi tous les angevins, à adhérer et à participer à ses activités.

 

Si vous aimez la DOUTRE, si vous souhaitez mieux la connaître et la faire connaître, si vous souhaiter participer à sa sauvegarde et à son développement,

VENEZ NOUS REJOINDRE.

 

Pour nous joindre :

 

Adresse postale : Bibliothèque municipale  47 rue Saint Nicolas  49100 ANGERS

Adresse électronique : renaissancedeladoutre@orange.fr

Site web : www.renaissancedeladoutre.fr

uvelle zone de texte >>