Observations adoptées par le Conseil d’administration de l’Association des Habitants du Village de Reculée 

 

__________________________________________________________________________________

 

Le projet de PLUi comporte plusieurs dispositions qui répondent bien aux attentes du quartier, notamment :

  • La reconnaissance de la forte identité du quartier du « Village de Reculée », en particulier au travers de la « Promenade de Reculée » et de la façade du quartier sur la Maine.

  • Les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP) « Campus-Santé » présentent l’intérêt d’expliciter les objectifs réciproques du pôle santé et du quartier dans lequel il s’insère.

  • L’identification d’un « Ensemble patrimonial » recouvrant l’ensemble des îlots compris entre la Rue Haute et la Promenade de Reculée,constitue bien la richesse patrimoniale à laquelle le quartier est attaché.

     

Les résidents du quartier émettent  cependant une importante réserve et proposent quelques améliorations :

  1. Une importante réserve  concernant l’inscription d’une voie nouvelle dans le prolongement de la Rue Bocquel :

    Une voie inutile et nuisible

    Cette voie est présentée dans l’OAP « Campus Santé » comme visant à « désenclaver le site et améliorer l’accessibilité au tramway par le renforcement du réseau viaire existant »…. en précisant  «une voie supplémentaire à créer, reliant les rues Bocquel et Capucins, pourra permettre une desserte directe des établissements à la station de tramway des Capucins ».

    L’utilité de cette voie ne nous parait pas  établie, car on imagine mal l’usage d’une voie reliant l’équipement hospitalier à sa station de tramway distante de 150 mètre. En revanche, ses effets sont faciles à imaginer : en facilitant l’accès automobile par les Capucins, on crée le chaînon viaire manquant qui empêche aujourd’hui de traverser facilement le quartier : ceci entrainera immanquablement des transits internes au quartier entre les deux accès d’entrée au CHU Rue Larrey et Rue Bocquel, et incitera à des transits entre l’accès nord de la ville et le centre d’agglomération, via la Promenade de Reculée, venant encore surcharger davantage le Pont de Haute-Chaîne et l’accès au CHU Rue Larrey, en croisant de surcroît deux fois les voies du tramway. Nous rappelons à cette occasion que la Promenade de Reculée est inondable et ne peut raisonnablement assumer un flux structurant.

    Cette proposition est d’autant plus surprenante qu’elle est en contradiction avec le schéma de voirie tel qu’il est explicité dans le document « PAO Déplacements » du PLUi, qui ne prévoit pas ici de voie d’accès, et qu’il dédoublera l’accès par la ligne 1 du tramway venant du nord, ôtant une partie de son utilité au parking d’échange créé en amont dont l’usage demande à restreindre la circulation d’accès en aval au lieu de la favoriser. Une justification aurait pu être le besoin d’accès au nouveau parc de stationnement du centre Papin : aucune explication dans les documents du PLUi ne démontre que l’accès existant par la Rue Amsler serait insuffisant à cet égard, et il fonctionne sans aucune difficulté à l’heure actuelle. En revanche, la desserte par une double voie Amsler-Bocquel apporterait automatiquement un flux de stationnement extérieur complémentaire dans le quartier qui est déjà surchargé à cet égard et auquel les habitants sont fermement opposés.

    Cette voie, qui fut autrefois inscrite pour relier les rives droite et  gauche de la Maine par un pont à grande circulation, en recrée clairement la perspective à terme.

    Le quartier est vigoureusement opposé à l’inscription de la voie nouvelle: inutile, nuisible pour la ville et nuisible pour le quartier.

     

    Le rôle de la Promenade de Reculée

    Au contraire, il est indispensable de préserver le quartier de la circulation de transit, déjà trop importante et trop rapide du fait du confort excessif offert à la circulation automobile. Il est nécessaire pour cela de confirmer et développer son véritable caractère de  promenade familiale, sportive… à la « Promenade de Reculée »  en bord de Maine (qualité de la Promenade, activités des berges comme guinguette, pêche, etc…, traitement végétal, traitement de la voirie lui ôtant son caractère routier, etc...) :

    Tout ce qui permettra de valoriser la continuité de la Promenade entre le Cœur de Ville et l’espace naturel des Basses Vallées  très proches en amont  est souhaitable pour la Ville. Elle bénéficie pour cela d’un cadre privilégié existant,  pouvant être aménagée à moindre coût, en comprenant les préoccupations suivantes :

  2. l’insécurité notoire du stationnement en épi ; il rend la circulation en vélo particulièrement dangereuse, circulation pourtant importante en semaine avec les étudiants de la faculté de médecine et les résidents. Cette insécurité est préoccupante d’autant que le mode de déplacement en vélo est amené à se développeravec la promenade en bord de Maine. Ce stationnement en épi est égalementnéfaste pour la mobilité des Personnes à Mobilité Réduite dans un quartier comprenant un taux élevé de personnes âgées ; il est d’ores et déjà incompatible avec la densité du trafic à certaines heures.

  3. Le maintien de l’activité nautique sur la Maine ; celle-ci est une composante historique, qui participe de la qualité d’animation en centre-ville d’Angers ; le CVA et la base d’aviron, leur accessibilité pour les équipements sportifs et les usagers, les traversées de voie, sont incompatibles avec une circulation dense et rapide et nécessitent des aménagements adaptés.

  4. La saturation de la circulation déjà effective à certaines heures au droit de l’accès à l’hôpital.Celle-ci est chronique 3 fois par jouraupéril de la sécurité du tramway et de la fluidité de desserte de l’Hôpital.

Au PLU déjà, il serait nécessaire :

- que l’alignement d’arbres protégé en secteur nord de la Promenade de Reculée soit complété dans sa partie sud (il vient d’ailleurs d’être récemment replanté) tant au règlement que dans l’OAP ;

- que le cheminement doux le long de la Maine soit prolongé jusqu’à la Doutre en prévoyant la traversée de la tête du Pont de Haute-Chaîne (OAP) ;

- que les protections des continuités naturelles propres à la « trame verte et bleue » couvrent aussi les secteurs naturels inondables, en aval du Pont Confluences jusqu’au Pont de Haute Chaîne (base d’aviron et Tour des Anglais),  et en amont du Pont Jean Moulin (zonage).

 

Il n’est pas envisageable que le PLU n’anticipe pas le maillage du quartier à long terme entre les Capucins et l’Hôpital :  

Le secteur St Martin la Forêt est constitué de grandes unités foncières déconnectées de la logique urbaine, qui sont comme fermées à la ville. Ce foncier peu bâti constitue des perspectives évidentes de densification  dans les décennies à venir, en continuité du secteur des Capucins. Ce quartier proche du centre est actuellement mal desservi et présente des connections alternatives avec le quartier Bichon et Barra qui participent également au soulagement d’accès à l’Hôpital et au maillage général du quartier. Ces évolutions devraient être inscrites au PLU, pour autant qu’elles ne créent pas d’agression au caractère des lieux. Au contraire, le voisinage résidentiel de l’Hôpital, rendu parfois un peu brutal au gré des constructions hospitalières, pourrait s’en trouver amélioré. La relation du secteur à la Rue surdimensionnée des Capucins en surplomb de la Maine permet d’envisager une voirie à la fois structurante et  qualifiante pour le développement du quartier, qui n’est pas inscrite dans le projet arrêté.

 

  1. Des améliorations souhaitables :

  2. Le patrimoine : l’identification de l’Ensemble patrimonial sur la Promenade de Reculée pourrait être doté de quelques critères plus précis permettant d’apporter une garantie réelle à la protection de l’aspect d’ensemble -sans faire obstacle à toutes innovations cohérentes-. Par ailleurs, la primeur donnée à l’identité d’ensemble –que nous partageons-  ne devrait exclure d’identifier quelques bâtiments en tant que tels (on pense entre autres  aux bâtiments du CVA).

  3. Les liaisons douces : nous approuvons la création d’une nouvelle liaison douce entre la Rue Haute de Reculée et le Plateau des Capucins via la Rue Amsler le long de l’Ecole de Médecine, en espérant qu’elle sera par ailleurs l’occasion de faire disparaître l’égout à ciel ouvert qui s’y trouve encore  actuellement.

    La liaison à Saint-Serge, mentionnée dans l’écrit de l’OAP, ne trouve pas sa traduction dans le plan de celui-ci ni dans l’OAP de Saint-Serge ; or c’est  à l’entrée de Saint-Serge (rond-point Jean Moulin et Boulevard Gaston Ramon) que la voie cyclable disparait, rendant la circulation particulièrement dangereuse pour les cyclistes. Cette omission devrait être rectifiée.

    Enfin, la « liaison douce » reliant place Jean Moulin et Promenade de Reculée ne peut pas encore être considérée comme existante, sa section longeant le boulevard Jean Moulin n’étant guère accessible aux piétons.

  4. Les arbres et végétaux : Outre les alignements sur la rivière, il faut rétablir une protection de deux ensembles verts et arborés, importants pour le quartier, dans un contexte de densification des constructions:

  5. celui situé au-dessus des Rues Bocquel et Amsler dans le périmètre du CHU, auparavant classé en Espace Boisé Classé : cet espace planté est très important dans le paysage d’ensemble du quartier, à la fois en vues lointaines et dans les perspectives proches du quartier ;

  6. l’ensemble végétal de l’Ecole de Médecineconstitue quant à lui un vrai parc de qualité au cœur du quartier, d’autant plus important que l’Ecole poursuit son développement.

  7. La zone Saint-Serge en vis-à-vis : La conservation de la zone d’activités de Saint-Serge crée pour longtemps une façade sur la rivière porteuse de nuisances visuelles (façades commerciales et industrielles, enseignes, panneaux publicitaires lumineux et voie rapide). Le règlement de la zone UY de Saint-Serge ne comporte aucune disposition favorisant une qualité en façade sur la rivière, l’article 8 de la zone par exemple (« Aspect extérieur ») n’apporte aucune prescription spécifique à ce site exceptionnel par rapport à n’importe quelle autre zone industrielle.  C’est pourquoi il serait nécessaire :

  8. De renforcer la couverture boisée et paysagée sur la Rive Est, voire la conforter par une élévation anti-bruit devant la voie rapide.

  9. De donner quelques règles qualitatives au traitement desimplantations sur les secteurs en façade de la Zone UY de Saint-Serge, ainsi qu’un règlement sur la publicité adapté.

  10. De définir une règlementation de l’éclairage nocturne sur la rivière.